Voici trois plantes qui sont très en lien avec la fête de Litha. Le Millepertuis, le Calendula et la Rose sauvage sont des plantes qui ont toutes un pouvoir d’ouverture vers le monde extérieur, mais aussi vers notre propre monde intérieur. Elles viennent soutenir, nettoyer et apaiser les blessures profondes. Réaliser des préparations avec elles en été, nous permet de les avoir toute l’année près de nous, même lorsqu’elles auront terminé leur cycle. Partons à leur découverte. N’hésitez pas à vous servir d’autres variétés pour vos préparations, si celles-ci vous attirent.

Millepertuis (Hypericum perforatum)

Millepertuis, plantes de Litha

Famille botanique : Clusiaceae

On l’appelle souvent « l’herbe de lumière », un nom qui lui va à ravir, car le millepertuis est surtout connu comme plante qui allège l’humeur et chasse la déprime.

Mais il répare également la peau après un traumatisme et apaise la douleur liée aux nerfs.

Les boutons de fleurs parsemées de petites étoiles diffusent un pigment riche qui donne une couleur rouge intense aux préparations.

Ses feuilles scintillent comme des diamants au soleil.

Cette plante invite à cultiver le bonheur, la vitalité et la joie en soi. Mais également à rechercher la compagnie de personnes qui vibrent avec nous et à explorer des rituels de guérison qui construisent une bonne énergie et augmentent notre puissance.

Elle aide à rayonner la vivacité et la vitalité, à ne plus avoir peur d’entrer dans la lumière pour montrer notre éclat au monde.

Le millepertuis apporte de l’ancrage, un sentiment de sécurité et de protection pendant les moments plus agités de la vie.

Je préconise plutôt une utilisation externe en macérât huileux, baume ou onguent.
En numérologie végétale, le millepertuis pourrait être associée au nombre 8.

Calendula (Calendula officinalis)

Calendula, plantes de Litha

Famille botanique : Asteraceae

Le calendula (également appelé souci) est une plante très intelligente !

Cette plante pousse facilement. Une fois que vous l’aurez plantée, vous l’aurez dans votre jardin pendant des années.
On dit d’elle qu’elle est subspontanée, c’est-à-dire qu’elle se disperse facilement dans la nature.

Elle se dissémine par zoochorie, c’est-à-dire que ses graines comportent des petits crochets qui s’accrochent aux poils des animaux pour qu’ils puissent transporter les graines et les amener plus loin.

Elle est donc très en lien avec les projets que l’on dissémine également dans notre vie.

Le Calendula éveille la créativité.

Tout comme ses graines facilement dispersibles, elle nous pousse à explorer de nouvelles formes d’art. Elle nous encourage à prendre des mesures décisives pour permettre à nos idées de trouver des issues parfois originales.

Ses fleurs jaunes et oranges, aux couleurs stimulantes et énergiques, sont associées à la joie et à l’énergie créatrice. Elles invitent à mettre du pep’s dans notre vie et à rester enthousiaste envers nos objectifs.

Le calendula rallume notre feu intérieur.
Cette plante est en relation intime avec le feu du soleil : ses fleurs s’ouvrent et se referment en suivant les rayons du soleil. C’est une boussole extraordinaire ! Elle s’ouvre à l‘Est, se referme à l’Ouest.

Dans notre corps, elle réchauffe toute la zone du bassin. C’est là que se situe le deuxième chakra, Svadhistana, siège de la sensualité et de la créativité.

Elle aide la vitalité à se diriger vers l’utérus en favorisant la circulation sanguine.

Le calendula soulage les douleurs prémenstruelles, mais pas seulement.

C’est une plante soutenante dans les conséquences de matrices trop serrées, un phénomène dû aux positions assises prolongées, au stress, aux violences intériorisées ou à d’autres traumas qui peuvent fragilisé la zone utérine.

Sur la peau, elle laisse une couche de cireuse, protectrice. Elle est souvent utilisée dans des baumes pour reconstruire la peau en lui redonnant souplesse et résistance.

La fleur de souci aide à se sentir bien dans sa peau et permet d’assumer sa propre singularité et son soleil intérieur.

Je préconise plutôt une utilisation externe en macérât huileux, baume ou onguent.
En numérologie végétale, le calendula pourrait être associé au nombre 3.

Rose sauvage (Rosa Canina L.)   

Rosa Canina, plantes de Litha

Famille botanique : Rosaceae   

La Rose sauvage est aussi connue sous le nom d’Églantier.

Ses fleurs rose pâle, presque blanches, encerclent des étamines d’un jaune soutenu.
C’est la « grand-mère » des roses cultivées, son ancêtre en quelque sorte.

Elle honore la terre de sa beauté et représente l’amour sur la Terre.

La Rose sauvage aime pousser dans des espaces ouverts, lumineux et en communauté, confirmant d’autant plus sa symbolique première qui est de se relier à l’ouverture du cœur.

Elle nous pousse à accepter notre beauté singulière avec authenticité, celle qui réside au fond de nous.

C’est une plante très douce qui panse les blessures, les peines et les chagrins de cœur.
L’élixir et l’hydrolat de Rose sauvage impulsent un élan de vie, de paix et de sérénité.
C’est une plante précieuse pour les personnes qui se sentent abattues.

La Rose soutient l’équilibre parfait entre vulnérabilité, force et vérité intérieure.

Ses épines nous apprennent à garder notre cœur ouvert tout en gardant notre jardin intime à l’abri.

Elle nous pousse à équilibrer notre ouverture au monde tout en gardant une capacité de discernement sur ce que nous acceptons d’inviter dans notre espace personnel.

C’est la gardienne de notre essence profonde : cette fleur nous invite à nous observer pour mettre des limites afin savoir ce qui est juste ou pas pour nous.

La rose sauvage nous aide à mettre le doigt sur nos richesses intimes.

En numérologie végétale, la Rose sauvage est associée au nombre 6.

Je préconise une utilisation externe en macérat huileux, baume, onguent, hydrolat, élixir, bain floral, olfactothérapie (thérapie par les odeurs).
Mais aussi dans des préparations culinaires : panna-cotta, en jus, biscuit, mousse…

Ces trois plantes peuvent tout à fait être utilisées pour réaliser un macérat huileux solarisé, dont vous trouverez le procédé de fabrication dans cet article. Une multitude d’autres plantes peut vous plaire, en fonction de vos problématiques du moment ou de l’émotion que vous souhaitez travailler. N’hésitez pas à vous renseigner auprès de personnes compétentes. De nombreux articles foisonnent également sur mon blog. Je vous conseille tout de même, s’il s’agit d’un travail plus axé sur la sphère psycho-émotionnelle, de ne choisir que deux, voire trois plantes maximum par an. Ceci afin de découvrir pleinement leur potentiel et de vous en imprégner pleinement. Belle fête de Litha à vous !