Continuons notre voyage à travers la roue de l’année druidique. En 2023, le 23 septembre, nous arriverons au point culminant de l’élément air. La fête de Mabon marque aussi l’équinoxe d’automne. C’est la deuxième étape de la moisson dans la roue de l’année. C’est un temps de récolte et de gratitude. Bien que ce soit une fête joyeuse, célébrant l’équilibre du Soleil et de la Lune, elle annonce l’hiver, et avec lui, les nuits plus longues, le repos, la tranquillité et une mort symbolique de ce qui a été.

L’élément air est à son point culminant : comment trouver un équilibre entre mouvement et ralentissement

Il y a une forte énergie de mouvement pendant cette période : la rentrée, les idées créatives et le mental sont pleinement en action. Cela n’est pas étonnant puisque nous sommes au point culminant de l’élément air.

L’air définit les pensées et les valeurs, c’est l’élément de l’intellect. Il symbolise la fugacité et la nécessité de suivre son propre chemin.

Pourtant Mabon marquant l’équilibre entre le jour et la nuit, comme chaque équinoxe, exige que nous commencions à ralentir pour mieux prendre soin de notre corps et de notre esprit.

Toute la complexité est là : nous devons réussir à harmoniser la rapidité de l’élément air avec la rentrée et l’invitation de Mabon à nous accorder des temps de retrait. À l’image de la nature et de la sève qui se retire des arbres !

Les jours raccourcissent, la fraîcheur arrive, la nuit prend plus d’espace dans la journée.

Les arbres se colorent d’or et de cuivre.

Les plantes de l’été commencent également à se raréfier et à monter en graines. D’où l’importance de faire nos cueillettes et nos préparations pendant l’été pour profiter de leurs énergies solaires en hiver.

Mabon : un moment de gratitude pour la récolte et le retour du silence

Mabon est un moment de bénédiction à partager avec les autres. Pensez donc aux personnes qui vous ont accompagné depuis Ostara et aux bonnes choses qui vous sont arrivées au cours des derniers mois et soyez­-en reconnaissants.

C’est aussi une période propice pour réfléchir aux liens qui vous relient aux autres. C’est un moment pour pardonner, mais également pour laisser partir les relations plus en difficultés.

Après la Saint-Martin (le 11 novembre), il y a une atmosphère presque mystique qui nous entoure, comme lorsque l’on s’enfonce dans le brouillard et qu’il couvre la vue de l’horizon.

Cela exige que nous mettions nos autres sens en éveil.

Il nous faut écouter le silence, pour pouvoir le contacter à l’intérieur de nous.
Nous rencontrons une autre dimension, une poésie.

C’est la recherche de notre équilibre entre le temps intérieur et le temps extérieur.
Il nous faut essayer de sentir l’impalpable et la matière également.

Au cœur de son essence, l’automne est une véritable ode à l’amour de soi. Il y a ici une réelle intention d’écoute de ses ressentis corporels.

Il est important de chercher à revenir à une conscience du corps plus sensible en s’octroyant des moments rien qu’à soi.

De multiples petites actions peuvent nous aider :

  • S’automasser ;
  • Aller marcher ;
  • Écouter le silence et les sons de la nature ;
  • Prendre sa douche avec une intention de se libérer du superflu en soi ;
  • S’offrir un soin corporel, un massage ou encore un enveloppement.

Surtout, nous pouvons nous ouvrir à des expériences qui vont nous permettre de retrouver notre verticalité et de sentir une stabilité en nous.

Lorsque nous retrouvons notre structure, nous sommes plus disponibles pour notre entourage.

Accueillir pour traverser sereinement l’automne grâce à la numérologie

Il y a avec l’automne, une dimension d’acceptation de ce qui est et n’est pas ou de ce qui n’est plus.

En numérologie, septembre est un mois universel, il duplique les énergies de notre année personnelle.

C’est souvent un mois « charnière » où l’on prend des décisions qui vont faire tanguer notre barque vers un chemin qui parfois, peut être complètement à l’opposé de celui que l’on pensait suivre.

Prenons l’exemple de la nature :

Un arbre ou une plante ne donne pas toujours de fruits ou de fleurs. La fructification est assez inconstante d’une année à l’autre, elle sait aussi se ménager et se mettre au repos. Elle se régénère pendant ce temps de retrait.

Nous devons également accepter que, parfois, dans nos vies, certains projets, situations et même certains liens ne soient plus.

Ce qui n’a pas lieu ou n’a pas produit nous enseigne énormément sur la vie et sur nous.

Il est bon d’intégrer ce fait, aussi difficile que cela puisse être.

Et pour cela, l’ancrage et le pardon sont les meilleures méthodes qui soient, pour ne pas se déraciner et se perdre en chemin.

   Nous devons être plus dans le ressentir et l’accueil, que dans la lutte continuelle.

Chaque saison possède sa sagesse et nous apporte un message différent. Nous sommes tous uniques et allons logiquement assimiler ces informations de manière dissemblable, en rapport avec nos valeurs et notre sensibilité intérieure. Mabon est une fête de récolte et de préparation pour l’hiver à venir, en équilibrant la lumière et l’obscurité qui est en nous. Il faut apprendre à se connaître, pour se retrouver et se réparer. La numérologie végétale intègre la puissance des nombres à celle des plantes pour nous aider à cheminer. Découvrez trois plantes pour vous soutenir à Mabon.