Les Celtes appellent l’équinoxe du printemps Ostara. Cette fête marque le début de la saison lumineuse, que l’on nomme aussi la saison chaude. Elle a lieu entre le 20 et 22 mars, en fonction des années. Ostara, tout comme le printemps, représente le renouveau et la renaissance. C’est une énergie d’éveil et de lumière qui se réveille autour de nous et en notre for intérieur. Il est temps pour nous d’envisager de sortir de notre tanière après l’hiver et de retourner à l’extérieur. Le besoin de liberté se déploie en nous. C’est une reconnexion à l’énergie primordiale de la lumière qui reprend le dessus sur la nuit, petit à petit. Découvrez ici comment planter nos graines et renouer avec le vivant quand vient le temps d’Ostara.

L’énergie du printemps, deux portails à traverser pour renouer avec le vivant

Toutes les saisons se divisent en deux portails. Pour le printemps, Ostara marque le premier portail et Beltane, (le 1er mai), le second.
Dans cet article, je me concentre sur Ostara, le tout premier, qui pour certains marque un début d’année druidique.
Découvrez l’article la roue celtique, ou comment redécouvrir le cycle de la vie pour en savoir un peu plus.

À partir d’Ostara (20-22 mars) jusqu’à la fête de Beltane (1er mai) nous sommes dans le premier printemps.

Il nous met en lien avec notre lumière intérieure. Lumière, que nous avons été invités à travailler pendant l’hiver, qui a débuté à Yule (20 décembre).

Il nous invite également à sortir du mental et de l’introspection en remettant en mouvement notre corps. 

C’est souvent la période où l’on vient faire un nettoyage en profondeur de l’organisme par des cures de plantes (pissenlit, sève de bouleau). Mais également dans nos maisons, le fameux « nettoyage de printemps ». Alors qu’à Imbolc nous avons fait du tri, à Ostara, nous allons nettoyer.   

« Le début du printemps, c’est accueillir la lumière et laisser l’énergie vitale se répandre dans notre corps ».

Planter des graines au jardin, mais également des projets pour le nouveau cycle qui commence

C’est la période idéale pour planter des graines dans nos jardins, mais c’est également l’occasion de mettre en place de nouveaux projets dans notre vie.

Anémone hépatique, fleurs violettes.
Anémone hépatique (Hepatica nobilis)

Après nous être « dépouillés » de tout ce qui n’avait pas pris à la fin du cycle terminé, nous sommes à présent invités à créer d’autres opportunités dans notre vie. Envisager nos projets d’une autre façon, aller vers une autre direction.

Chaque cycle qui passe nous permet de ramener de l’harmonie en soi, tout en respectant notre nature profonde, celle des autres et celle de la nature.
Être dans l’acceptation de ce qui n’a pas fonctionné par le passé est une formidable occasion d’avancer. Accepter pleinement qui nous sommes, ressentir la vie en soi et reconnaître sa véritable valeur est la clé pour cheminer vers un soi authentique.

L’énergie du printemps et d’Ostara, vient justement éclairer toutes ces parties en nous pour les manifester à l’extérieur. C’est apprendre à écouter son corps et ses émotions pour retrouver sa verticalité et son équilibre personnel.

Comment est-ce que je me sens à la sortie de l’hiver ?
Que m’a appris cette période introspective ?
Suis-je sincère et juste avec moi ?
Quels nouveaux projets et rêves est-ce que je souhaite réaliser ?

Ostara et le printemps : se connecter aux bourgeons et à la sève des plantes

Dans la nature, certaines plantes commencent à sortir de terre. C’est la période de la récolte des bourgeons sur arbres pour la réalisation des macérats glycérinés utilisés en gemmothérapie.

La gemmothérapie et ses bienfaits

Le mot gemmothérapie vient du latin gemmae qui signifie à la fois bourgeon et pierre précieuse. Cette façon d’utiliser les plantes consiste à recevoir l’énergie informative du végétal par dilution des bourgeons dans un mélange d’eau, d’alcool et de glycérine végétale.

Le bourgeon a la particularité d’encapsuler toutes les parties de sa plante (racine, tige, feuille, fleur, fruit, sève), il porte en lui tout son potentiel de vie et toutes ses propriétés dans sa globalité. 

Bien que cela soit un concentré de force de vie, de vitamines et de minéraux, la gemmothérapie reste une technique très douce, et une belle approche pour se connecter à l’énergie d’une plante.

Les macérats glycérinés de bourgeons que l’on utilise en gemmothérapie viennent travailler en profondeur la régénération des tissus. Ils ont un grand impact également sur la sphère psycho émotionnelle.

L’utilisation de l’eau lors de cette préparation ajoute une dimension émotionnelle à cette technique de soin. La “médecine” de l’eau étant essentiellement axée sur les émotions.

La cueillette des bourgeons est subtile, car il faut procéder dès leur apparition avant que les feuilles ne commencent à sortir, on appelle cette période le débourrement.

Le bourgeon étant un embryon, il porte en lui la fougue et l’enthousiasme du renouveau.

Récolter la sève au printemps

Le premier printemps est également le moment de recueillir la sève qui remonte pour informer la nature qu’un nouveau cycle démarre.

La plus connue est la sève de bouleau qui, au-delà d’être un excellent dépuratif pour les reins, vient solidifier les ongles, les cheveux et la peau. Sainte Hildegarde de Bingen la conseillait en cure pour soulager les ulcères.

La récolte de la sève de bouleau demande patience et respect pour l’arbre. La sève monte en fonction des besoins de l’arbre pour nourrir ses bourgeons et ses feuilles.

Si vous faites votre récolte vous-même, respectez donc les besoins de l’arbre et ne le « forcez » pas à vous donner ce dont il n’a pas envie.

Ayez la conscience, comme pour toute cueillette, de ne prélever que ce dont vous avez besoin. Une cure dure trois semaines, à raison d’un verre par jour.

Le bouleau étant un arbre-lumière d’une grande sagesse, sa sève vient également nous illuminer de l’intérieur.

Récolte de sève.
Récolte de sève

Les organes du premier printemps

À Ostara, nous arrivons au point culminant de l’élément feu.

Les organes sollicités lors de ce premier printemps sont le foie et la vésicule biliaire, reliés aux émotions de la colère, de la frustration, de la jalousie, mais également de la bonté et de la patience.

Le printemps, par son débordement d’énergie, suractive ces émotions. 

Le sens mis en avant pendant cette période est la vue. Notre façon de nous voir, mais également de voir le monde qui nous entoure.

La nature étant merveilleusement bien faite, il n’est donc pas étonnant que les premières plantes du printemps viennent toutes soutenir la sphère hépatobiliaire et la vue.

Ostara marque donc l’entrée dans ce premier printemps avec une intention d’aube et de nouvelle naissance ; de lumière qui impulse une énergie consacrée au renouveau et nous permet de remettre du mouvement au corps. C’est une invitation à nous adapter tout doucement à une alimentation de saison, à mettre plus de vert dans nos assiettes et à nous tourner vers des jus reminéralisants. À aller vers la lumière et à tisser tendrement une connexion et un lien sensible avec le réveil de la nature. Mettre en terre nos projets et les nourrir avec passion. Laisser éclore notre propre lumière intérieure et la disperser aux quatre vents. La lumière révèle les choses cachées. Elle résonne avec le cœur.

Information importante
Lorsque j’utilise le mot “médecine”, je me rapproche des croyances ancestrales qui partent du principe que chaque élément, plante, aliment ou encore être vivant possède sa propre énergie de bien-être afin de nous relier à la sagesse innée de la terre.
Je ne suis ni médecin ni thérapeute et ne peut être en aucun cas être tenue responsable de la façon dont seront prises les informations transmises au lecteur de cet article qui n’a pour seul but que d’informer et partager mes connaissances.
Il est important de toujours prendre connaissance des contre-indications avant ingestion de n’importe quelle plante